Centre d'Hydrobio-phélie à Marloie

Les questions que vous vous posez

  1. Un brevet de survie: pourquoi?
  2. Le passage du brevet d'autonomie est à nos yeux un passage et une ouverture à des perspectives positives. Il a une triple signification pour nous:

    • Pour l'enfant, c'est le reflet de l'expression de sa nouvelle maîtrise aquatique. Sa confiance en lui et son estime de soi doivent en sortir grandies.
    • Pour les parents, cette étape apporte un sentiment de sécurité lié à l'autonomie de leur enfant, mais c'est aussi le bon moment pour généraliser le contact familial dans l'eau et les jeux qui l'accompagnent. Mais attention! il ne constitue pas une assurance vie! L'eau garde ses dangers quel que soit l'âge du nageur, même s'il est évident qu'un enfant autonome est mieux armé pour sortir sauf d'un accident.
    • Pour le moniteur, le brevet est un point de départ pour l'apprentissage de toutes les nages.

  3. Pourquoi des séances d'un quart d'heure pour les cours individuels?
  4. Le travail, les efforts demandés à l'enfant pendant le cours individuel sont intenses. Un enfant pourrait, d'après nous difficilement se concentrer efficacement pendant un temps plus long. Dès que l'enfant est autonome (c'est-à-dire dès qu'il a obtenu son brevet de survie), il peut alors jouer, intégrer ce qu'il a appris et profiter à son aise des plaisirs de l'eau... avec papa ou maman si il (elle) le désire.

  5. Pourquoi les parents ne viennent-ils pas dans l'eau au départ?
  6. Le premier objectif de l'hydrobio-phélie est, comme nous l'avons dit, l'acquisition de l'autonomie. Qui dit "autonomie" dit "indépendance"... et notamment et surtout indépendance par rapport à la maman (et au papa). Cet apprentissage est donc très difficile si l'enfant reste "accroché", "lié" à sa maman (ou à son papa). D'autres méthodes ayant d'autres objectifs de départ (plaisir et jeux relationnels dans l'eau sans autonomie) envisagent cette possibilité. C'est à chacun de choisir ce qui correspond le mieux à sa sensibilité.

  7. A quel âge commencer les cours?
  8. L'hydrobio-phélie est, entre autres, spécialement conçue pour les bébés. Les parents qui le désirent peuvent donc commencer les cours avec leur enfant dès l'âge de 3 semaines. Les avantages d'un apprentissage précoce sont décrits plus haut. Il faut cependant être conscient du fait que si on commence si jeune on s'engage à poursuivre les cours pendant une assez longue période (jusqu'au brevet, c'est-à-dire pendant au moins 4 mois) et à garder ensuite un contact régulier avec l'eau. Chacun doit donc réfléchir avant de s'engager. Mise à part cette remarque concernant les tout-petits, l'enfant peut commencer à n'importe quel âge la pratique de la natation.

  9. A partir de quand l'enfant est-il capable de passer en cours collectifs?
  10. Chaque enfant et chaque cas étant différents, nous vous conseillons de poser la question au moniteur.

  11. Doit-on arrêter les cours si l'enfant pleure?
  12. La plupart du temps, l'enfant pleure parce qu'il est contrarié, parce qu'on lui demande de faire un effort à un moment où il n'en a pas envie. Il pleure parfois parce qu'il a eu une mauvaise expérience de l'eau et qu'il a peur. Il peut aussi pleurer parce que ses parents sont anxieux et que cette angoisse lui est involontairement communiquée (par un regard, des paroles,...) Nous pensons qu'il vaut mieux bien s'informer, venir voir les cours à l'aise avant de s'engager. Une fois la décision prise, nous conseillons vivement d'aller jusqu'au bout de la démarche. Le moniteur sera à l'écoute de votre enfant (de sa colère, s'il n'a pas envie de nager à ce moment-là, ou, de sa peur ) et il l'aidera à vaincre sa difficulté. Contourner un obstacle au lieu de l'affronter n'est pas souvent bénéfique pour la vie. Si l'enfant réussit à passer ce cap, il sera fier de lui et sa confiance en lui en sortira grandie.

  13. Mon enfant nage sur le dos mais ne connait pas encore la brasse. Sait-il vraiment nager? Pourquoi commencer par le dos?
  14. La position dorsale est la base de notre enseignement car elle permet d'utiliser au mieux la flottabilité naturelle marquée chez les bébés (et chez les jeunes enfants); elle permet également un dégagement naturel des voies respiratoires. Après le dos, la nage la plus naturelle est la nage du "petit chien". Elle permet à un enfant tout jeune de se déplacer facilement sur le ventre. La brasse et le crawl (dont l'apprentissage a déjà été commencé progressivement avant ce stade) sont alors approfondis. La brasse est la nage qui demande le plus de maîtrise psychomotrice et ne peut être acquise avant 4 ans (en moyenne). Dès l'acquisition de la nage sur le dos,votre enfant sait donc nager puisqu'il sait se déplacer sur l'eau en toute sécurité, mais pas nécessairement comme on le lui demandera à l'école. En effet, pour certains enseignants, notre approche n'est pas toujours comprise. Parlez avec le moniteur de natation de votre enfant et expliquez-lui ce qu'il sait déjà faire.

  15. Que faire avec notre enfant si nous allons dans une autre piscine?
  16. D'abord, nous vous demandons d'éviter les baignades en famille avant le brevet de survie. Le mécanisme d'apprentissage en serait retardé. Après cette étape, nous invitons toujours les parents à venir dans l'eau afin de voir avec le moniteur comment jouer dans l'eau sans perturber l'évolution aquatique de l'enfant. Dans un autre cadre (eau moins chaude, piscine plus grande,...), il réagira sans doute différemment. Il refusera peut-être de sauter seul, de nager comme il le faisait lors de ses cours. Cela vient du fait qu'il est encore très dépendant de son moniteur. Et,... avec vous, il a peut-être envie de tout sauf de "travailler". Ne perdez pas courage ni patience. Il s'habituera très vite et vous pourrez après quelques baignades profiter ensemble pleinement des plaisirs de l'eau. Si, malgré nos conseils, vous désirez aller dans l'eau avant le brevet, évitez à tout prix de lui mettre des brassarts ou même une bouée. C'est tout à fait contre-indiqué dans la méthode que nous proposons.

Voici les questions qui nous sont posées le plus souvent. N'hésitez jamais à parler avec le moniteur de votre enfant, à lui poser les questions qui vous viennent à l'esprit et auxquelles nous n'avons pas pensé. Il sera toujours à votre disposition pour vous informer au sujet des choses que nous aurions omis d'envisager.