La seconde chance de Cochise

(septembre 2006)


Je suis un gentil Coton de Tuléar mais, après plusieurs années d'amour et de complicité, mes maîtres m'ont abandonné, pour des raisons qu'un petit chien comme moi ne peut comprendre ou peut-être pour m'avoir trop ou mal aimé.



Il paraît que l'erreur est humaine mais, dans ce cas-ci, c'est moi qui en ai payé le prix...

Je suis donc revenu vivre à l'élevage avec ma maman, mon papa et les autres copains, le temps de retrouver une autre famille qui voudrait bien de moi.



Beaucoup de monde s'est intéressé à moi et je tiens à tous les remercier.
Malheureusement, il fallait tenir compte de mon passé et, si je ne voulais pas encore avoir à revivre cette douloureuse expérience, il fallait faire une sélection et espérer encore que le courant passerait avec les "adoptants".

J'ai donc rencontré plusieurs familles qui auraient pu correspondre à ce que l'on espérait pour moi et j'ai pensé avoir trouvé la famille "idéale" mais ils se sont désistés, sans même avoir pris la peine de m'accueillir sous leur toit.
Je suis pourtant sympa, sociable, câlin et obéissant mais mon passé dont ils ne connaissaient rien leur faisait peur.



Puis, j'ai commencé à désespérer mais, finalement, cette fois, j'espère l'avoir trouvé ma famille "pour la vie".

Voilà un petit moment que j'ai à nouveau quitté les copains et, jusqu'à présent, tout se passe bien dans ma nouvelle maison.



Même si aujourd'hui je vais bien et que je suis bien intégré dans cette nouvelle vie, avec une nouvelle copine et des maîtres qui m'adorent, j'ai pas mal souffert de tous ces changements et je ne souhaite à aucun de mes congénères d'avoir à vivre cela.

C'est vraiment très difficile d'être séparé de ce que l'on considère depuis toujours comme sa famille, d'avoir à réapprendre à vivre en meute et à partager quand on a eu "l'exclusivité" de tout pendant plusieurs années, de devoir s'habituer à de nouveaux environnements, d'être soumis à des changements radicaux, tant au niveau style de vie, que "règlements intérieurs", alimentation, couchage, etc... sans compter tout le stress et le désordre affectif que tout ce chambardement provoque.

Mais je sais que, dans mon malheur, j'ai tout de même eu de la chance, beaucoup de chance de pouvoir revenir vivre à l'élevage, de n'avoir pas été lâchement abandonné au bord d'une route, d'avoir pu éviter la case "refuge", de retrouver une famille qui m'accepte avec mes qualités et mes défauts et, surtout, j'ai une chance inouïe de ne pas avoir fini ma si courte vie... endormi par la piqûre fatale, comme une majorité de chiens abandonnés.

J'espère encore ne pas vivre juste un rêve...
J'espère que je pourrai passer mes vieux jours au sein de ma nouvelle famille.

Alors, s'il vous plaît, vous, les futurs propriétaires, réfléchissez bien avant d'adopter un petit compagnon.
Ne cédez pas à l'achat "coup de coeur".
Soyez conscients que vous vous engagez généralement pour plus de 10 ans.
Mettez toutes les chances de votre côté pour que tout se passe au mieux.
Prenez le temps de visiter les lieux de vie des chiots. Discutez avec les éleveurs.
Et sachez que, si malgré tout vous rencontrez quelques soucis ou êtes un peu perdus à l'arrivée de votre boule de poils, il existe des solutions, comme les écoles du chiot, de bons éducateurs à domicile, etc.
Mais, s'il vous plaît, n'attendez pas que les problèmes prennent trop d'ampleur ou que la situation soit irréversible.


Avec l'espoir que mon expérience pourra servir à d'autres,
Amicalement,


   
Cochise "du Pic aux Edelweiss"      


Contact