Explication des dix Principes - Mouvement Vovinam Viet Vo Dao Belgique

Aller au contenu

Menu principal :

Explication des dix Principes

Philosophie
 


La signification des 10 principes.
 
 
Introduction.
 
  
Pour préserver son existence, toute école d’art martial doit avoir un système de formation solide, une organisation sans faille et un programme d’entraînement efficace. Grâce à un tel système d’éducation, elle pourra guider ses pratiquants dans l’utilisation des techniques martiales sans porter atteinte à l’honneur de l’école, ni à l’ordre social.
 
Au moyen d’une organisation sans faille, la discipline instaurée dans la salle d’entraînement sera garantie dans la conduite à l’intérieur et à l’extérieur de l’école. C’est ainsi que pourra être inculqué aux pratiquants l’esprit chevaleresque des arts martiaux (tinh than thuong vo).
 
En appliquant un programme d’entraînement structuré, l’école pourra former ses pratiquants de manière efficace et les faire progresser dans l’étude des techniques afin de préserver l’honneur de l’école, lors des situations où ceux-ci devront avoir recours à leurs techniques.
 
Toutefois, les trois points précités ne peuvent suffire à fournir une formation efficace si on néglige la pratique de l’autodiscipline des pratiquants, qui est une clé des arts martiaux.
 
Les dix ‘tam niem’, ou principes de réflexion du Vovinam Viet Vo Dao sinh (pratiquant Vovinam) sont le reflet de l’idée maîtresse de l’école Vovinam Viet Vo Dao : d’une part, établir clairement un système de formation, et, d’autre part, guider l’autodiscipline des pratiquants.
 
 
Aspirations et objectifs dans l’étude des arts martiaux.
 
Le pratiquant d’arts martiaux doit d’abord avoir une aspiration profonde, celle de tendre vers le niveau suprême, et non se contenter de l’apprentissage de quelques techniques de défense.  Dans le Vovinam Viet Vo Dao, l’aspiration première du pratiquant est de « s’efforcer » d’atteindre le plus haut niveau de l’art.
 
Les arts martiaux, comme les autres métiers (couture, cuisine, floriculture,…) sont à la portée de tous.  Mais, seuls ceux qui ont de la volonté et de la persévérance peuvent espérer parvenir çà un niveau remarquable et pénétrer dans le domaine de l’art.
A ce moment là, le pratiquant doit encore travailler, se forger pour essayer d’atteindre le plus haut niveau de l’art.
Celui-ci ne possèdera pas de sommet absolu ; plus on apprend, plus on a à apprendre.
 
Une fois son aspiration définie, le pratiquant doit chercher à comprendre le but de son étude des arts martiaux. 
Connaître le but doit aider le pratiquant à mieux réussir ce qu’il entreprend. 
Sans objectif, le Vovinam Viet Vo Dao sinh n’aura pas la force de lutter et il sera amené plus facilement à abandonner sa tâche en cours de route.
 
Certaines personnes pensent que la pratique des arts martiaux a pour seul but de savoir se battre.  La réalité montre que les personnes qui ne connaissent pas ou très peu les arts martiaux, sont souvent plus belliqueuses, aiment provoquer les autres pour se battre.
Les gens qui ont un niveau remarquable en arts martiaux cherchent plutôt à approfondir leur pratique, aussi bien dans le domaine de l’esprit que dans le domaine du corps.
Ce sont des gens calmes et résolus devant les travaux qui les attendent.  Ils n’aiment pas les querelles personnelles.
 
 
 
Pour nous, Vovinam Viet Vo Dao sinh, quel est le véritable objectif de notre pratique ?  Le Vovinam Viet Vo Dao n’étant pas une simple école de techniques, il a pour vocation et conviction de guider ses pratiquants dans la vie.  Les techniques ne sont qu’un moyen pour atteindre un but : la réalisation de l’idéal Vovinam Viet Vo Dao : aider et donner utilement.
 
Pratiquer le Vovinam Viet Vo Dao, ce n’est pas seulement apprendre à se défendre, ce n’est pas non plus chercher à vaincre en compétition, moins encore à anéantir ses adversaires dans un moment de colère.
Pratiquer les arts martiaux dans un but lucratif ne s’accorde pas non plus à l’esprit du Vovinam Viet Vo Dao.
 
Pratiquer le Vovinam Viet Vo Dao pour que le corps soit fort, l’esprit sain, l’âme pure et sublime.
 
Pratiquer le Vovinam Viet Vo Dao pour avoir plus de volonté, plus d’énergie et plus d’incitation à progresser.
 
Pratiquer le Vovinam Viet Vo Dao pour renforcer l’esprit et le corps, regarder plus profondément dans le ‘moi’, afin de vaincre ses faiblesses, savoir s’élever au-dessus de l’égoïsme, s’élever vers ce qui est « vrai, bon, beau ».
 
Chaque personne vient au Vovinam Viet Vo Dao avec son propre but.  Mais lorsqu’elle devient Vovinam Viet Vo Dao sinh, elle doit avoir un but plus noble qui est celui de pratiquer le Vovinam Viet Vo Dao pour être utile à ses proches, en vue de la conciliation des hommes.  Le Vovinam Viet Vo Dao sinh étudie les arts martiaux dans l’idée de servir le peuple et l’humanité et non dans l’idée de les opprimer.
 
En conclusion, l’aspiration du Vovinam Viet Vo Dao sinh et l’objectif de sa pratique peuvent être résumés dans le premier principe de réflexion :
 
 
« Atteindre le plus haut niveau de l’art pour servir le peuple et l’humanité ».
 
 
Les devoirs du Vovinam Viet Vo Dao sinh envers son école et envers l’homme.
 
L’aspiration ainsi que le but de l’étude des arts martiaux étant définis, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit chercher à savoir quels sont ses devoirs envers son école et envers l’homme.
 
Dans le cadre du Vovinam Viet Vo Dao, le devoir du pratiquant envers son école est de développer le Vovinam Viet Vo Dao conformément à son idéal. Etre fidèle à l’idéal du Vovinam Viet Vo Dao ne veut pas dire être fidèle à une personne, mais, si cette personne est chargée de promouvoir le Vovinam Viet Vo Dao, alors le Vovinam Viet Vo Dao sinh a le devoir de l’aider dans sa tâche de développement.
Il existe deux façons de développer le Vovinam Viet Vo Dao :
- persévérer dans l’entraînement, l’étude de l’art martial afin de devenir enseignant pour pouvoir propager efficacement les techniques, ainsi que l’esprit Vovinam Viet Vo Dao au grand public ;
- pratiquer l’esprit Vo Dao dans la vie de tous les jours.  Autrement dit, dans la famille, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit être un père affectueux, un enfant respectueux et un frère généreux et bon.  Envers les amis, il doit entretenir la fidélité et la confiance.  Avec le voisinage, il doit toujours avoir des relations amicales et être prêt à rendre service. Ceci est une autre forme de développement actif du Vovinam Viet Vo Dao.
 
A l’égard de l’homme, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit contribuer à bâtir une génération Vovinam Viet Vo Dao.  Avoir une génération Vovinam Viet Vo Dao, c’est apporter une grande force de dynamisme et de soutien à la société.  Lorsqu’on aura une génération moralement supérieure, dont les membres se seront dépouillés de l’ignorance, des bassesses de l’âme et des faiblesses du corps, pour les remplacer par l’honnêteté, la force et la richesse de l’esprit,  la société s’en trouvera améliorée, l’homme pourra vivre dans la paix.
 
En conclusion, le devoir du Vovinam Viet Vo Dao sinh envers l’école et envers l’homme peut se traduire par le deuxième principe de réflexion :
 
« Persévérer pour développer le Viet Vo Dao, bâtir une génération Viet Vo Dao ».
 
L’esprit d’union dans le Viet Vo Dao.
 
Quelle que soit la nature des groupements de personnes, l’union est un point important à définir.  Un groupe qui négligerait cet esprit ne saurait subsister longtemps.
 
Pour être fidèle au proverbe ‘l’union fait la force’, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit veiller à ce qu’aucune division ne puisse germer à l’intérieur de l’école.
Il doit vaincre ses propres faiblesses, ses propres préjugés, laisser de côté son amour propre, oublier ses complexes.
S’il y a un problème quelconque, il faut pouvoir le résoudre rapidement.
 
La haine à l’intérieur du Vovinam Viet Vo Dao est totalement proscrite.  Une nation ne peut grandir dans la division ; de même, une école d’art martial ne peut pas se développer s’il existe toujours des contradictions entre ses membres.
 
C’est pourquoi le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit être sincère, honnête, respectueux envers ses aînés et aimer ses condisciples.
  Il faut qu’il y ait de l’amour pour pouvoir effacer tous les préjugés sur les différences sociales, sur les niveaux d’étude ou de culture, et pour arriver à entrer en communication profonde avec ceux qui poursuivent un même objectif, pour s’entraider et pour se guider mutuellement sur le chemin de l’idéal, celui de servir l’homme et l’humanité.
 
Le troisième principe de réflexion traduit l’esprit d’union comme suit :
 
 
« Etre toujours unis, respecter les aînés, aimer les condisciples ».
 
 
La discipline et l’honneur du Vovinam Viet Vo Dao sinh.
 
La discipline d’une école d’art martial est différente de celle des militaires ou d’autres groupements.
Elle n’est pas fondée sur la violence ou sur l’esprit despotique.
Elle a ses propres principes qui s’appuient sur la droiture et la conformité.
Cette discipline repose d’une part sur la remise en cause de soi-même, et d’autre part, sur le principe de préservation de l’école.  Elle ne comporte pas un côté dur et sévère, mais plutôt un caractère sélectif.  La pire des punitions à laquelle l’école peut avoir recours, c’est la reprise des grades, l’expulsion du pratiquant indiscipliné et l’annonce publique de la sanction.
 
Le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit respecter ce code de discipline d’une manière absolue.  Le Vovinam Viet Vo Dao ne peut être développé et son expansion préservée que par des mains constructives et non par des comportements qu’on peut caractériser de héros individuel, indiscipliné.  Il faut comprendre par ce terme les gens de talent mais ne travaillant que lorsque l’envie leur prend, ne restant jamais au même endroit, ne supportant pas de persévérer dans une tâche donnée.
 
Ce type de comportement est en contradiction avec l’esprit Vovinam Viet Vo Dao.  Lorsqu’on porte trop d’importance à sa personne, on ne peut pas s’intégrer aux autres.
 
Dans la pratique, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit garder son sens de l’humanité pour s’entraîner et ne doit jamais oublier de placer son sens de l’honneur (un honneur qui défend les faibles en luttant contre les injustices) au-dessus de ses sentiments personnels pour pénétrer dans l’univers de la voie des arts martiaux.
 
Le code de discipline, ainsi que celui de l’honneur, peuvent se résumer dans le quatrième principe de réflexion.
 
« Respecter rigoureusement la discipline, placer le sens de l’honneur au-dessus de tout ».
 
L’utilisation consciente du Vovinam Viet Vo Dao.
 
 
Pratiquer le Vovinam Viet Vo Dao pour gagner ou perdre une compétition, pour être orgueilleux et mépriser les autres ne correspond pas aux principes du Vovinam Viet Vo Dao.
 
Le pratiquant doit être poli, attentif, vivre en bonne entente avec les autres styles d’arts martiaux, pour servir l’art, la nature et l’humanité.
IL faut rappeler que ses connaissances, son habileté et sa bonne nature seront connues de tous, tout naturellement.  Il est inutile de se vanter, de dénigrer ou de provoquer les autres pour avoir l’occasion de se montrer plus fort.  Cette façon de se comporter n’appartient qu’aux êtres insensés.
 
Si, par hasard, il lui faut avoir recours aux techniques Vovinam Viet Vo Dao pour avertir ou corriger un mauvais élément, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit considérer cette tache comme inévitable.  Le Vovinam Viet Vo Dao interdit à ses pratiquants le combat professionnel (sur ring) pour éviter tout sentiment d’orgueil, et aussi pour que les Vovinam Viet Vo Dao sinh ne recherchent pas dans la victoire, le but de leur pratique.
 
Malgré les règlements instaurés, le combat professionnel comporte encore beaucoup de risques.  La plupart des combattants, affectés de traumatismes parfois légers mais répétés, peuvent devenir coléreux et penser résoudre leurs problèmes par la force.
 
En résumé, pour concrétiser l’utilisation du Vovinam Viet Vo Dao, les pratiquants peuvent avoir recours aux techniques dans deux cas :
- dans la vie privée, en cas de légitime défense ;
- dans la société, pour défendre la justice, la droiture et pour s’opposer à la violence. 
 
D’où le cinquième principe de réflexion :
 
« Respecter les autres arts, n’utiliser le Viet Vo Dao que pour la défense légitime et pour défendre la raison ».
 
Orientation d’étude et vie spirituelle du Vovinam Viet Vo Dao sinh.
 
 
L’utilisation du Vovinam Viet Vo Dao ayant été définie clairement, le pratiquant peut s’engager dans la révolution du corps et de l’esprit (cach mang tam than).  Pour effectuer ce changement, il faut avoir une orientation d’étude et développer une vie spirituelle. A ce moment, le pratiquant aura un espoir d’entrer dans l’univers de la voie des arts martiaux.  Sinon, on ne fait que rester sur le plan de la forme et de la technique.
 
 
Le principe d’étude du Vovinam Viet Vo Dao sinh peut se résumer en deux mots : chuyen (assiduité, application) et can (zèle) ; et repose sur les cinq points suivants :
 
 
- S’instruire : dans le domaine des arts martiaux, il faut bien apprendre la théorie et la pratique.  Des techniques simples du Vovinam Viet Vo Dao jusqu’au domaine de pensée Vovinam Viet Vo Dao et du domaine de pensée aux techniques des différents arts martiaux dans le monde.
 
 
- Demander soigneusement : s’il y a un point obscur dans ce que l’on apprend, il faut demander des explications à ses enseignants, à ses amis.  Si une fois n’est pas assez pour comprendre, alors il faut redemander soigneusement, jusqu’à ce que l’on ait bien compris, plutôt que de renoncer
 
 
- Réfléchir soigneusement : lorsqu’on a compris, il faut réfléchir à tout ce que l’on a appris.  Plus on réfléchit sérieusement, moins on commettra d’erreurs lors de la pratique.  L’habitude de réfléchir permet de comprendre plus vite, de trouver de nouvelles significations, de nouvelles idées, de nouveaux concepts. La  capacité de créer, d’inventer, n’est, pour grande partie, que l’aboutissement de longs travaux de réflexion. Une personne qui prend le temps de réfléchir soigneusement ne tombe jamais dans l’erreur due à la précipitation ou à la négligence.
 
 
- Raisonner clairement : plus le raisonnement est clair, plus la réussite est facile.  Pour raisonner clairement, il faut savoir observer, analyser, discuter, établir rapidement une synthèse.  Plus l’esprit est habitué çà cette gymnastique, plus on est proche de la réussite.
 
 
- Travailler à fond : travailler, dans le cadre des arts martiaux, c’est parfaire chaque technique.  Travailler, dans la vie quotidienne, c’est se forger une habitude d’être actif.  Pour travailler à fond, il faut se donner une discipline rigoureuse de l’esprit, une idée du travail complet.  IL faut apprendre tout en travaillant pour acquérir de l’expérience, récolter plus de résultats. 
 
 
En ce qui concerne la vie spirituelle du Vovinam Viet Vo Dao sinh, la pratique peut commencer selon cinq points :
 
- Etre fort : fort mentalement et fort physiquement pour être bien équilibré.
 
- Etre généreux : oublier le ‘moi’, vivre en parfaite communion avec les autres pour progresser ensemble.
 
- Etre droit : c’est un caractère clé des arts martiaux.
 
- Etre calme : toujours garder son calme pour éviter l’impétuosité, menant souvent à l’échec.
 
- Etre astucieux : se comporter habilement et être prêt à faire face à n’importe quelle situation.
 
 
Enfin, caractère essentiel pour l’entraînement du corps et de l’esprit du Vovinam Viet Vo Dao sinh, la vertu doit être présente aussi bien dans la conduite privée qu’en société.
 
 
Ces notions s’inscrivent dans une conception de la vie dont les trois éléments essentiels sont :
 
 
- l’élément négatif (am to), symbole de la souplesse, du calme et de l’obscurité.
 
- l’élément positif (duong to), symbole de la dureté, de la mobilité et de la clarté.
 
- le cercle de la voie (vong dao the) qui réunit les deux premiers éléments avec les caractéristiques suivantes : la complémentarité, l’opposition, l’harmonie et la tolérance.
 
 
Ce sont là toutes les vertus de base qu’un Vovinam Viet Vo Dao sinh doit travailler pour parfaire sa mission de pratiquant.
 
D’où le cinquième principe de réflexion :
 
 
« S’instruire avec assiduité, forger l’esprit, cultiver la vertu ».
 
 
 
L’aspiration à la vie du Viet Vo Dao sinh.
 
 
En forgeant son esprit et son corps, le Viet Vo Dao sinh se construit un mode de vie.  Cette aspiration à un mode de vie peut se réaliser grâce à quatre concepts.
 
 
- La pureté : la pureté, dans le Vovinam Viet Vo Dao, ne veut pas dire qu’il ne faut pas voir ce qui est sale, malpropre, ne pas écouter les flatteries perverses, ne pas penser à des choses troubles.
Vivant en société, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit se mêler aux autres.  De ce fait, il ne peut pas se boucher les oreilles, ni se bander les yeux face aux choses mauvaises.
Au contraire, il lui faut écouter, voir et résoudre les problèmes qui se présentent à lui, sans se laisser contaminer ou attirer par les choses qui le conduiraient en dehors du droit chemin.
 
 
- La simplicité : être simple ne veut pas dire qu’il faut vivre à la manière d’un ascète.  Le Vovinam Viet Vo Dao sinh est un être humain à part entière et il a besoin de satisfaire ses inclinations.
La simplicité du Vovinam Viet Vo Dao sinh réside dans son adaptation au milieu où il vit.
Lorsque sa situation le lui permet, il peut en profiter.  Mais il ne doit pas exiger de choses au-dessus de ses moyens.  Il manquerait alors de simplicité.
 
 
- La sincérité : être sincère envers l’école (mon phai), les ainés et envers tout le monde, ne veut pas dire que le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit passer outre la fourberie.
Se vaincre soi-même pour ne pas être déloyal, c’est cela le mérite.  Envers son entourage, être sincère n’est pas synonyme de naïveté et subir toutes sortes de pièges ou de tromperies.
Si cela est nécessaire, l’homme sincère doit démontrer à ceux qui sont mauvais que leurs procédés sont voués à l’échec.
 
- La noblesse d’esprit : ce n’est pas une forme de caractère facile à maîtriser.
Un exemple pour l’expliquer : B est un ennemi mortel de A, au moment où A peut se venger de B, il ne le fait pas, car B s’est réellement repenti.
 
Cet exemple montre le comportement sublime de A et montre que posséder la noblesse d’esprit est une chose difficile et pouvoir l’appliquer dans la vie l’est encore bien plus.
 
 
Les quatre caractères précités se trouvent dans le septième principe de réflexion :
 
 
 
« Vivre avec pureté, simplicité, sincérité et noblesse d’esprit ».
 
 
La volonté du Vovinam Viet Vo Dao sinh.
 
Une fois l’aspiration au mode de vie définie, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit encore affermir sa volonté, illustrée de la façon suivante :
 
- Volonté du roseau : c’est-à-dire qui se plie facilement avec le vent, facile à briser, sans objectif aucun.
 
- Volonté du ‘bois pourri’ : un peu meilleure que la précédente, car, avant d’être pourri, le bois a quand même quelque utilité.  Mais, dès qu’il est pourri, il devient inutilisable, bon à jeter.
 
- Volonté d’acier : c’est cette forme de volonté que l’on voit chez les grands hommes et chez les héros.  Cette volonté n’est meilleure que si on la préserve de la rouille.
 
Pour avoir une volonté d’acier, il faut :
 
- réunir les faits et données et les examiner attentivement,
- entreprendre à fond un travail, le mener à sa fin sans hésitation, avec toute son ardeur,
 
Lorsqu’on a de la volonté, il faut la mettre à l’épreuve et déterminer si elle est effectivement d’acier.  Combien de personnes aiment se vanter, alors qu’ils esquiveront les difficultés de la vie réelle ?  C’est le cas des personnes emballées par un feu velléitaire qui jaillit très fort, très vite, pour s’éteindre aussitôt.
 
C’est pour cela que la volonté d’acier doit passer par une période d’expérience afin de prouver l’énergie, la patience et le dynamisme de son possesseur.  Par la suite, on ne cessera de la renforcer et de la parfaire pour qu’elle ne soit jamais soumise face à la violence. 
 
En conclusion, la volonté du Vovinam Viet Vo Dao sinh se résume par le huitième principe de réflexion :
 
« Développer une volonté d’acier, vaincre les difficultés et la violence ».
 
Faculté de déduction, énergie et esprit pragmatique du Viet Vo Dao sinh.
 
 
1- La faculté de déduction :
 
 
Le système de pensée du Vovinam Viet Vo Dao reconnaît que toute chose dans la vie possède deux faces opposées mais complémentaires et un troisième élément qui sert de synthèse aux deux autres.  C’est pour cela que rien n’est totalement bon ou mauvais.  Il faut que le Vovinam Viet Vo Dao sinh soit tolérant dans ses jugements.  Une chose examinée sous un angle peut présenter des défauts, mais, vue sous un autre angle, elle peut devenir meilleure.
 
De ce fait, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit être clair dans ses observations pour distinguer et éclaircir tous les problèmes, pour différencier le bien et le mal, le vrai et le faux, afin d’avoir un comportement approprié.
Sachant que ‘l’habit ne fait pas le moine’, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit savoir reconnaître la juste valeur des gens.  Prendre un ennemi pour un ami est déjà une erreur, mais considérer un ami comme un ennemi devient une faute impardonnable.
 
Un ami, au sens plein du terme, dans la vie, est difficile à rencontrer.
 
 
2 - L’énergie :
 
 
L’histoire du roi ‘Le Loi’ (1428 – 1433) qui a essuyé maints échecs durant dix ans de résistance contre l’occupation chinoise de la dynastie des ‘Ming’, mais n’a jamais perdu l’espoir et a constamment réorganisé ses troupes et poursuivi son œuvre de libération du royaume vietnamien.  Ceci nous donne matière à réfléchir et à méditer.
 
 
Chez les grands hommes, l’échec ne leur fait pas perdre la foi et ne leur enlève pas la volonté.  La force ne les fait pas se soumettre.  Ils arrivent à surmonter toutes les difficultés grâce à leur capacité de résistance, à leur acharnement.  Ils ont une énergie et une force d’esprit immenses.  Ce sont des gens persévérants dans la lutte.
Le Vovinam Viet vo Dao sinh doit suivre ces modèles.  Pour cela, il luttera avec ténacité. 
 
 
D’après Mencius, (philosophe chinois 372- 289 avant J-C) il y a trois cas de grande lutte dans la vie, et, si l’on en sort vainqueur, on deviendra l’homme idéal.
 
- Devant la force : ne jamais désespérer, ni se soumettre à elle.
 
- Devant la misère : le corps, l’esprit et la volonté doivent rester imperturbables.
 
- Devant la richesse : conserver son caractère propre et ne pas se laisser détruire par cette richesse.
 
 
3 - L’esprit pragmatique du Vovinam Viet Vo Dao sinh :
 
 
Il y a trois formes d’action :
 
- le type d’action ‘matamore’ : née d’un comportement trop optimiste.  La réussite est comme une chose dans la poche que l’on sort quand on veut.  Celui qui possède ce caractère ne fournit jamais tout son cœur, toute son énergie pour réaliser son travail.  Et, lorsqu’il y a une difficulté quelconque, sa solution est de se sauver et de remettre la faute sur le compte des autres ou encore des circonstances.
 
- Le type d’action ‘indécise’ : différent du premier, ce type d’action naît d’un comportement trop pessimiste.  Partout, il n’y a que des difficultés.  La personne qui possède ce caractère devient passive.
Elle a tendance à se reposer sur les autres et voit l’échec avant même d’entreprendre quoi que ce soit.
 
- Le type d’action ‘adroite’ : c’est le type d’action des gens intelligents, ayant un comportement habile, des gens créatifs et imaginatifs.
 
 
L’homme qui possède ce caractère aime ses proches, s’unit avec les autres mais ne se repose pas sur eux.  Ce sont des gens qui réagissent rapidement dans toutes les circonstances, ne méprisant jamais les difficultés et refusant de se vanter. 
 
 
D’où le neuvième principe de réflexion :
 
« Etre lucide dans la perception, persévérant dans la lutte et habile dans l’action ».
 
Une vie et un esprit tournés vers l’avant.
 
 
Le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit cultiver les quatre caractères suivants :
 
- Confiance en soi : croire en soin ne veut pas dire relever tout ce qui est mauvais en soi.  Mais il faut également définir tout ce qui est bon en soi, comme la volonté, la vertu, l’honneur, la confiance, la capacité des connaissances en arts martiaux…   Dans la pratique, c’est le premier caractère exigé du Vovinam Viet Vo Dao sinh : la confiance en soi, afin que chacun puisse avoir confiance en nous.
 
- Victoire sur soi : vaincre tout ce qui est mauvais en soi.  Chacun de nous possède ses défauts, ses mauvaises habitudes.  Il faut les vaincre pour devenir meilleur.
 
- Modestie : être modeste et humble pour être aimé de tous.
 
- Générosité : être généreux pour être plus proche des autres.
 
En conclusion, dans le comportement envers soi-même et envers les autres, le Vovinam Viet Vo Dao sinh doit se rappeler les quatre caractères précités.  Pratiquer ces quatre vertus, c’est pratiquer le Vovinam Viet Vo Dao dans la vie quotidienne.
 
 
Néanmoins, le chemin est long.  De temps en temps, l’esprit, tel un cheval, refuse de continuer son chemin, se révolte et commet des erreurs.
Alors, on se considère comme fautif, on manque de confiance en soi et on se laisse aller, telle une personne qui marche dans la boue.
Au début, elle fait attention de ne pas salir ses chaussures.  Mais, dès qu’un bout de sa chaussure est souillé, elle ne fait plus attention et patauge dans la boue, se disant que, de toute manière, sa chaussure est déjà tachée.
 
Cet esprit n’est pas celui du Vovinam Viet Vo Dao car il détruit tout le travail acquis auparavant.  Toute faute commise peut être tolérée si, dans le présent, on est sincère et droit.  Il ne faut pas seulement regarder vers le passé comme une source de satisfaction ou de regret, mais avec l’idée de toujours se remettre en cause pour progresser.
 
Ceci se résume dans le dixième principe de réflexion :
 
 
« Avoir confiance en soi, vaincre ses faiblesses, être modeste et généreux, toujours se remettre en cause pour progresser ».
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu