Anne-Charlotte Roussel
desert




Réflexions


Nous sommes tous à la recherche du bonheur, de paix et de sérénité. Notre vie est faite de moments heureux, de joies et de satisfactions, mais elle est aussi remplie de déceptions, frustrations, souffrances, et chagrins...
Nous grandissons souvent avec l'idée que le bonheur est un dû et que s'il n'est pas présent, il va finir par arriver! Et puis parfois les circonstances nous font prendre conscience qu'en réalité notre bonheur ne dépend que de nous-même! Il découle essentiellement de notre façon de voir les choses, de nos croyances et aussi de notre façon de prendre au sérieux ou pas toutes les pensées qui nous traversent. Or ce bonheur nous espérons généralement le trouver dans ce que le monde extérieur peut nous apporter. Et donc nous passons beaucoup de temps à agir pour être aimé, reconnu, sécurisé, etc.. pour obtenir des autres ce bonheur.

Depuis des millénaires, les guides spirituels nous disent que la félicité se trouve en nous-même. Mais que faire et comment faire? Selon moi plusieurs démarches peuvent nous amener vers une tranquillité intérieure grandissante, dont la guérison des blessures de l'enfant que nous avons été, la bienveillance tant vis à vis de soi que vis à vis des autres et une vigilance à ne pas se laisser dominer par nos pensées mais à rester dans le moment présent.

Je crois que "Tout ce qui ne parvient pas à la conscience nous revient sous forme de destin" comme l'a écrit Carl Jung et que "Nos maux sont la traduction au niveau biologique de ressentis que nous n'avons pas encore conscientisés et que nous n'avons pas pu mettre en mots"comme l'a écrit Jean-Pierre Bégin . En effet, le "moi" adulte représente la partie émergée de l'iceberg. Mais il n'est pas réellement aux commandes de sa vie tant que l'enfant intérieur, la partie immergée, reste prisonnier de ses blessures. La force ou la fragilité de l'adulte dépend de l'état de l'enfant intérieur. Nous sommes souvent tiraillés entre deux parties en nous : la partie adulte qui voudrait se positionner avec confiance, prendre sa place, oser dire non... et la partie enfant en nous qui se sent ligotée, terrifiée, coupable ou honteuse.

Prenons l'exemple de Caroline, aînée de 4 enfants. En tant qu'aînée, les parents l'ont beaucoup sollicitée soit pour qu'elle montre 'le bon exemple', soit pour qu'elle s'occupe de ses frères et soeurs. Elle s'est souvent entendu dire par ses parents ces petites phrases si banales du genre : "Tu dois être sage", "Tu devrais t'occuper des petits", ou "tu n'es pas gentille", cela parfois accompagné de regards exaspérés des parents. Les conséquences pour Caroline, sont les conclusions qu'elle a faites inconsciemment, qui se sont transformées en croyances et qui ont fait d'elle une adulte qui cherche à se conformer aux attentes des autres. A force d'avoir entendu des reproches dans son enfance, elle se croit facilement coupable et donc responsable de la souffrance des autres et a donc tendance a prendre son entourage en charge.
Un autre exemple est celui de Pierre dont les parents étaient très exigeants et très critiques. Devenu adulte, quoiqu'il fasse Pierre n'est jamais content de lui, il cherche toujours à prouver sa valeur. Il se sent insécurisé et vit avec la peur de décevoir ou de ne pas être à la hauteur. Ces exemples sont ici très simplifiés. Notre psyché est une construction complexe. Cependant plus nous consacrons du temps à apaiser les blessures de l'enfant intérieur et à nettoyer aussi ce que nous avons repris du transgénérationnel (héritage inconscient des blessures d'ancêtres) , plus l'adulte en nous devient libre et paisible puisque notre façon de nous percevoir et de percevoir le monde évolue. Parce qu'en ce faisant, nous quittons les croyances négatives que nous avons adoptées. Nous cessons d'attendre l'amour et l'approbation des autres et nous apprenons à les trouver en nous. La façon de nous positionner, d'être ou de réagir changent également. On ose être soi avec confiance et tranquillité.

Une aide extérieure et bienveillante est utile car elle nous aide par sa présence-témoin à avoir le recul et la capacité de soulager ces traumas du passé.

En parallèle à ce travail d'accompagnement et de guérison de notre enfant intérieur, apprendre à identifier nos sentiments et nos besoins nous permet d'agir de façon juste et adéquate pour nous satisfaire. Également, reconnaître les besoins derrière les actes et les propos des autres nous permet de ne plus les prendre contre nous. Cela nous aide a mettre de la distance avec ce qui nous est inconfortable et à relativiser. La Communication NonViolente est pour cela un excellent outil.

Nous avons aussi beaucoup de pensées souvent négatives qui stimulent bien des peurs en tous genres. C'est une discipline précieuse que celle d'apprendre à les laisser passer sans y attacher d'importance. Ce ne sont bien souvent que des pensées à propos du passé ou d'un éventuel futur sur lequel nous n'avons aucun pouvoir parce que comme le dit Eckhart Tolle "Nous ne savons pas gérer le futur puisqu'il n'existe pas dans le moment présent".

En dehors des nombreux accompagnements dont j'ai bénéficié, je me suis inspirée de beaucoup de lectures dont voici quelques références :
- Eckhart Tolle Le pouvoir du moment présent
- Marshall Rosenberg Les mots sont des fenêtres (ou des murs)
- Marianne Williamson Un retour à l'amour
- Dr Danièle Flaumenbaum Femme désirée, femme désirante
- Don Miguel Ruiz Les 4 accords toltèques
- Darpan L'aventure intérieure
- Guy Corneau N'y a t'il pas d'amour heureux ?
- Colette Portelance La guérison intérieure par l'acceptation et le lâcher prise
- Clarissa Pinkola Estès Femmes qui courent avec les loups
- Ramesh Balsekar Laissez la vie être
et bien d'autres......