Anthoine.Pinetum

 

 SOMMAIRE
- Accueil - Collection - Sélections - Notes - Contact - Liens

 

Mutations et nouvelles plantes.
Dans le monde végétal, on peut distinguer 2 groupes de plantes.

Le premier : les plantes « normales », qui sont les espèces et leurs variétés.

Ces plantes qui à l’origine poussent à l’état sauvage sans l’intervention de l’homme se reproduisent en majeure partie par graines. Elles forment les forêts pures ou mélangées ou bien poussent individuellement çà et là dans leur aire de répartition. Elles peuvent être utilisées par l’homme pour différentes utilisations.

Le deuxième groupe reprend les plantes « anormales » Celles-ci ont été trouvées parmi les plantes « normales », en fait, il s’agit de mutations :

- Soit de graine, ce qui donne un arbre différent des autres : nain, pleureur, fastigié, d’une autre couleur …

- Soit de bourgeon, ce qui donne à ce moment-là une branche différente du reste de l’arbre. A partir d’un bourgeon qui a muté, la croissance devient différente, souvent beaucoup moindre. Ce qui a pour effet de développer une masse dense de branchettes et de feuillage appelée « Balais de sorcière », considéré comme un défaut, cela n’altère en rien la qualité du bois ni de l’arbre. Cette mutation de bourgeon peut se produire n’importe où dans l’arbre, sur une branche basse, sur une branche haute, au départ, au milieu, au bout ou même sur l’axe principal. La cause de ces mutations n’est pas démontrée avec certitude à nos jours.

C’est donc parmi ces plantes ou parties de plantes anormales que nous trouvons la majeure partie de nos plantes ornementales. Pour ce faire l’intervention de l’homme est nécessaire en prélevant des boutures ou des greffons pour effectuer des copies. C’est de la multiplication et non plus de la reproduction !

C’est l’homme qui les recherche, qui les multiplient, qui les évalue, et qui les utilise pour l’ornementation. Ce sont les cultivars ( var/iété culti/vée).

Et pourquoi ne pas attendre qu’elles se reproduisent ? Tout simplement parce qu’il faudrait attendre longtemps, dans le cas où c’est un arbre anormal, en supposant qu’il ne soit pas stérile les graines donneraient des semis intermédiaires très hétérogènes, les caractères recherchés seraient dilués en parties voire totalement. Et dans le cas des balais de sorcière, très peu fructifient, et quand c’est le cas les graines donnent des semis très divers aussi mais avec une grande proportion de plantes naines hétérogènes aussi, mais pouvant éventuellement apporter des choses intéressantes.

Pour ce genre de sélections, la patience est nécessaire.

Pour être complet, il y a une méthode non naturelle (intervention de l’homme), qui consiste à hybrider des cultivars différents entre eux, soit de même espèce, soit d’espèces différentes pour autant qu’il y ai compatibilité. Et là aussi la patience est de rigueur, 15 à 20 ans pour avoir un résultat et pouvoir l’évaluer.



Clément ANTHOINE

 

Méthode de travail pour le greffage des conifères.

Au printemps en serre chauffée.

-Automne # 1

Fin aout, début septembre prévoir les portes greffes qui seront nécessaire pour le greffage du printemps suivant.

1) Soit rempoter : ce qu’on a semé, ou acheter tôt des portes greffes à racines nues, afin qu’ils profitent encore de la chaleur d’automne pour bien s’enraciner. C’est nécessaire qu’ils soient bien enracinés pour être greffé. L’idéal est d’utiliser des pots de 9 cm, plus les pots sont petits, plus on en met au m².

2) Soit acheter des portes greffes déjà empotés (Empotés en ce début d’année ou plus tôt encore ?*)

-Printemps #1

Fin janvier début février, débuter avec les Larix, du chauffage n’est pas nécessaire. Mais hors gel quand même. Ils pourront être sortis et faire de la place pour d’autres en temps voulu. Matériel : 1 sécateur,1 greffoir ou cutter, des élastiques, des étiquettes et un peu d’alcool pour nettoyer la résine et désinfecter.

Continuer avec le reste : Picea , abies, pinus , ginkgo, pseudotsuga …

Les placer sous tunnel à 10°C minimum, 14 max, plus la chaleur est élevée plus vite les soudures se font, mais plus fragiles elles sont également. Le tunnel peut être couvert de plastique ou de voile isolant, de verre si c’est un bac. Une humidité doit être présente pour évider le dessèchement des greffons, mais attention au développement de champignons et moisissures.

Après 6 à 8 semaines commencer à sortir les greffes pour les endurcir, ( à ce moment, les greffons ainsi que les portes greffes doivent démarrer), si possible par temps doux et couvert, une légère pluie est bienvenue. Attention aux écarts de température souvent dommageables : brulures par le soleil (prévoir une toile d’ombrage) ou stress par temps froid (Gel, grêle) nous sommes mi-avril début mai. Eventuellement passer par une serre froide quelques semaines. Et si le débourrement des greffons continue régulièrement, commencer à rabattre les portes greffes en commençant par les têtes, en supprimant entre 1/4 à 1/3.

Pour les portes greffes achetés rempotés (*), rempoter les greffes qui semblent bonnes pour les stimuler dans des pots plus grands d’1 ou 2 tailles. ( Le passage dans le tunnel de greffages aura abimé les racines.) Pour les autres, rempotés à l’automne précédant ils peuvent rester dans leur pot jusqu’à l’automne prochain (#2) voir même le printemps prochain.

Continuer en mai – juin et juillet à raccourcir les portes greffes en tentant de rassembler les dernières ramifications au plus près de la greffe pour concentrer l’apport de sève vers le greffon. Surveiller les élastiques, pour ne pas que le greffons soit étranglé. Enlever les élastiques pour les greffes bien soudées, l’air leur fera du bien et les endurciront , le greffons pourra grossir librement.

Pour aout – septembre tous les portes greffes doivent être coupés juste au-dessus de la soudure. Sauf pour les greffes douteuses pour lesquelles il est bon de laisser une ou 2 branches du porte greffe qui servira de tire sève au printemps prochain et qui seront coupées au débourrement pour que le greffon en profite totalement.

-Automne #2

Il est temps de penser aux portes greffe pour l’année prochaine.

PS : Il est possible de démarrer les greffages plus tôt, mais ça allonge le temps avant les beaux jours.


Clément ANTHOINE

 

 

 

dernière mise à jour : 10/2014 - contact webmaster